Taille du texte

Bibliothèque

Toutes les statistiques

En 2006, Pointe-aux-trembles/Montréal-Est compte une population de 53 660 personnes. Cependant, 82% de cette population se concentre sur 22% du territoire, soit au sud de la rue Sherbrooke et à l’est de la première avenue. La présence d’industries et d’espaces verts dans les milieux de vie 1 et 2 expliquerait la faible densité dans ces secteurs.

Entre 2001 et 2006, la population du quartier s’est accrue de 1,1% (soit 595 personnes), ce qui est inférieur à la moyenne montréalaise (+2,3%) et surtout à la croissance québecoise (+4,3%). On note cependant de profondes disparités sur le territoire de Pointe-aux-trembles/Montréal-Est. En effet, la croissance est forte dans Montréal-Est ainsi que dans les territoires situés au nord de la rue Sherbrooke et dans les milieux de vie 8 et 10 (entre 6 et 8%). À l’inverse, les quartiers plus anciens situés au sud de la rue Sherbrooke et à l’ouest de la 53ème avenue (milieux de vie 3, 4, 5 et 7) connaissent plutôt des pertes de population de l’ordre de 3%.

La pyramide des âges de Pointe-aux-trembles/Montréal-Est fait apparaître la prédominance des 40-59 ans et, dans une moindre mesure, des 10-19 ans. Les 20-39 ans sont sous représentés. Il semblerait que cette répartition des groupes d’âges se soit accentuée au cours des dernières années avec un vieillissement des 45 ans et plus et une diminution des jeunes adultes ayant pour conséquence une chute de la natalité.

L’immigration est marginale et la composition ethnique de la population est très homogène avec une très importante majorité de francophones de naissance.

En 2006, 45% des 22 450 logements sont destinés à la location, contre 62% pour Montréal et 40% pour l’ensemble du Québec. Le profil familial du quartier se reflète dans la taille légèrement plus élevée des familles avec une moyenne de 2,3 personnes par logement (2,2 pour Montréal)

D’un point de vue socioéconomique, Pointe-aux-trembles/Montréal-Est semble avoir profité de la croissance des dernières années et présente, en 2006, un taux de chômage très bas et des revenus moyens proches de ceux enregistrés pour le reste de Montréal et du Québec. La population occupe principalement des postes techniques ou de métiers. La faible proportion de cadres s’expliquerait principalement par le faible niveau de scolarité de la population. Une situation qui semble en voie de perdurer. On observe cependant des inégalités sur le territoire : l’ouest semble davantage fragilisé tandis que l’est du quartier est plus favorisé.

Excel Télécharger les données



Accueil | Crédits | Contacts
Copyright ©2012 CDC de la Pointe. Tous droits réservés.